Loading...
Actualité

Le pouvoir d’achat en augmentation, une réalité occultée

Freepik

Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, le pouvoir d’achat est globalement en augmentation. Le mois d’octobre est celui de la concrétisation complète des principales mesures du Gouvernement, qui se matérialisent sur les feuilles de paie, les avis d’imposition et les comptes en banque :

  • Les avis de Taxe d’Habitation (TH) (payables au 15 novembre) sont arrivés et permettent aux contribuables concernés de constater que la baisse est bien au rendez-vous : TH : +200€ en 2018, +400€ en 2019, +600€ en 2020
  • La paye d’octobre sera la première à bénéficier complètement de la suppression des cotisations maladie et chômage : suppression des cotisations : +132€ en 2018, +266€ à compter de 2020 (pour un salarié au SMIC)
  • D’autres mesures importantes arrivent en octobre : revalorisation de 30% du complément mode de garde pour les familles monoparentales, et début de la revalorisation de la prime d’activité. La revalorisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) interviendra quant à elle au 1er novembre

Taxe d’habitation :

Nous tenons l’engagement de rendre du pouvoir d’achat aux Français par une suppression progressive de la Taxe d’Habitation est tenu.

Certains contribuables peuvent constater une baisse de taxe d’habitation inférieure à celle anticipée. Mais chaque année, les variations du revenu ou de la composition familiale entrainent des évolutions du montant de la Taxe d’Habitation pour un certain nombre de contribuables, indépendamment des décisions du Gouvernement : ainsi tous les ans, 1,3 million de foyers perdent le bénéfice du plafonnement (et 1 million entrent dans le dispositif), et 1,6 million perdent le bénéfice d’un abattement (et 800 000 deviennent nouveaux bénéficiaires).

En ce qui concerne les collectivités locales (communes, intercommunalités) qui sont dotées de l’autonomie fiscale, les élus ont pu décider d’augmenter leurs taux, indépendamment du dégrèvement prévu par le Gouvernement. Ces collectivités ne sont pas majoritaires : seulement 6 200 communes, sur un peu moins de 36 000 ont augmenté leur taux pour une moyenne de 0,49 point.

Travail :

  • Suppression des cotisations : +132€ en 2018, +266€ à compter de 2020 (pour un salarié au SMIC) ;
  • Heures supplémentaires : +216€ en année pleine pour un salarié au SMIC effectuant 12 heures supplémentaires par mois ;
  • Prime d’activité : revalorisation de 80€ au niveau du SMIC au cours du quinquennat,
  • Conformément à l’engagement présidentiel. En octobre, la prime d’activité fait l’objet d’une revalorisation exceptionnelle, au-delà de la revalorisation légale classique intervenue le 1er avril de cette année (+1%).
  • Et dans l’ensemble ? Les mesures du quinquennat se traduiront d’ici 2022, pour un salarié au SMIC, par un gain équivalent à un 13ème mois.

Précision importante

Certaines oppositions disent que le gouvernement aurait dû privilégier exonération sociale et fiscale sur les seules heures supplémentaires plutôt que la suppression des cotisations maladie et chômage et l’exonération sociale des heures supplémentaires. Le tableau ci-dessous montre que l’option portée par le Gouvernement est plus favorable aux salariés aux revenus modestes et aux familles :

Cas types (revenu mensuel net après heures supplémentaires) Scénario Gouvernemental Scénario exonérations sociales + défiscalisations Scénario Gouvernemental plus favorable
Gain mensuel Gain annuel Gain mensuel Gain annuel
Célibataire
1 350€ nets
+ 43 €+ 516 €+ 22 €+ 264 €Oui
Célibataire
1 500€ nets
+ 39 €+ 468 €+ 48 €+ 576 €Non
Célibataire
2 000€ nets
+ 55 €+ 660 €+ 85 €+ 1020 €Non
Célibataire
3 000€ nets
+ 69 €+ 828 €+ 128 €+ 1536 €Non
Couple avec 2 enfants
2 580€ nets
+ 66 €+ 792 €+ 22 €+ 264 €Oui
Couple avec 2 enfants
4 000€ nets
+ 83 €+ 996 €+ 67 €+ 804 €Oui
Couple avec 2 enfants
6 000€ nets
+ 119 €+ 1428 €+ 86 €+ 1032 €Oui

Transition écologique :

Nous donnons à chacun les moyens de changer ses habitudes de consommation : le Gouvernement a mis en place des mesures d’aides à la transition écologique qui permettent d’accompagner les ménages dans le changement de leurs comportements :

  • La prime à la conversion est une prime de 1 000€ pour tous les propriétaires de véhicules essence immatriculés avant 1997 ou diesel avant 2001. Elle est doublée pour les ménages non-imposables (de 1 000 à 2 000€), étendue aux véhicules diesel immatriculés entre 2001 et 2006, et portée à 2 500€ pour l’achat d’un véhicule électrique ou, à l’avenir, d’un véhicule hybride rechargeable.
  • le chèque-énergie remplace les tarifs sociaux du gaz et de l’électricité. Il apporte à 4 millions de foyers une aide moyenne de 150€ par an en 2018, qui passera à 200 € en 2019;
  • la prolongation du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) permet de subventionner les ménages dans leur travaux d’amélioration de la performance énergétique de leur logement.

Même si la hausse des taxes sur le carburant est une réalité, nos mesures en faveur du pouvoir d’achat font plus que compenser ses effets. En effet, en faisant l’hypothèse de consommation d’un plein de 60 litres par semaine : un consommateur d’essence subira une perte de pouvoir d’achat de 74 € en 2018, un consommateur de diesel 167€. Les mesures du Gouvernement (baisse de la TH, suppression des cotisations, heures supplémentaires) font plus que compenser cet effet.

Cet article de France Info publié en 2013 est toujours d’actualité : L’essence moins chère qu’il y a 40 ans. Vrai ou faux ? Les prix et les taxes ont bel et bien augmenté au fil des années mais il ne faut pas baser l’analyse sur les prix en euros (autrefois en francs) “courants”, mais bien sur les prix en euros et en francs “constants”, c’est à dire en tenant compte de l’inflation. La lecture n’est alors pas la même.

Il convient de mettre en œuvre une réflexion globale sur les transports, domaine dans lequel les problématiques sont très différentes selon le caractère urbain ou rural du territoire. Si les transports en commun sont de légion en ville, leur absence, et la nature du milieu rural, rend les véhicules individuels indispensables au quotidien. Oui, les ruraux sont impactés par la hausse des carburants, c’est indéniable. C’est notamment le cas en Vendée où tous les acteurs on leur rôle à jouer dans une politique progressive d’évolution de nos modes de fonctionnement : administrations publiques, entreprises et particuliers. Sans action politique poussant à une transition progressive, les choses n’évolueront pas ou peu. Mieux vaut une évolution progressive de notre modèle que des mesures choc prises dans l’urgence de l’obligation immédiate.

Précision importante

L’opposition fait valoir que l’augmentation de fiscalité sur le carburant ne connaitrait pas d’équivalent en Europe. C’est faux ! En France, la taxe sur le sans-plomb de 68,29 c€/L en 2018 est inférieure à celle en vigueur aux Pays-Bas (77,84 c€/L), et celle sur le diésel de 59,4 c€/L en 2018 est inférieure à celle en vigueur au Royaume-Uni (65,54 c€/L).

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer